Login | Register

Twitter
Linkedin
Youtube
Monday 21st of October 2019

Press Room

Protection de l’enfance. Adrien Taquet et Nicole Belloubet à Marseille

Tuesday 9th of July 2019 | Europe, France
Destimed
News

Le secrétaire d’État à la Protection de l’enfance et la Garde des sceaux étaient présents les 4 et 5 juillet derniers à Marseille, lors des Assises Nationales 2019 de la protection de l’enfance. L’occasion de quelques annonces, relatives à un projet pour l’enfant, élaboré conjointement entre les deux ministères.

Il a ouvert les 12° Assises Nationales de la protection de l’enfance, qui se sont tenues les 4 et 5 juillet derniers au Parc Chanot à Marseille. Pour Adrien Taquet, secrétaire d’État à la Protection de l’enfance, un moment propice aux grandes annonces... Et s’il a indiqué qu’il ne ferait pas de grande loi, puisqu’il y a déjà celle de 2016 « réformant la protection de l’enfance », laquelle « est allée suffisamment loin. Il ne servirait à rien d’en rajouter, même si des modifications peuvent être pertinentes sur tel ou tel point. La loi n’a pas vocation à entrer dans le détail des pratiques, pas plus qu’elle n’est d’ailleurs capable, à elle seule, de faire évoluer les mentalités. Faire évoluer la protection de l’enfance relève aujourd’hui d’un art de l’exécution. Un art du dernier kilomètre ». Ainsi pour le secrétaire d’État, l’important est de définir comment faire vivre plus efficacement cette loi. Et cela renvoie « à nos pratiques, celles de tous les professionnels, magistrats, travailleurs sociaux... » Voilà pourquoi Adrien Taquet est venu avec, dans sa musette, toute une batterie d’outils, futurs dispositifs, chartes, commissions, attributions d’enveloppes... cet ensemble s’harmonisant sous l’égide d’un « projet pour l’enfant », en préparation avec Nicole Belloubet et dont le détail devrait être rendu public à la rentrée. Les grandes lignes, toutefois, sont déjà connues et ont été rappelées dans le cadre de ces Assises.

 De la défaillance du système de la protection français de l’enfance

Préalablement, Adrien Taquet a donné quelques éléments de constats lors de son discours : tout d’abord, « notre système de protection de l’enfance prévient mal, et ne parvient pas suffisamment à éviter les placements », note-t-il. Pour aller au devant de cette problématique, une conférence de consensus, lancée il y a deux mois, sera chargée en décembre prochain de faire des recommandations « pour franchir un cap en termes d’intervention à domicile ». Il a par ailleurs annoncé la mise en œuvre du « parcours 1 000 jours », débutant au quatrième mois de grossesse jusqu’aux deux ans de l’enfant et visant à mieux accompagner les parents. Il s’inspire de l’expérience finlandaise -puisque c’est là-bas que le secrétaire d’État est allé benchmarker- où les parents ont l’habitude de contacter leur « neuvola », sorte de PMI locale, pour aborder cette phase d’accompagnement. Cela nécessitera en France « une meilleure coordination des acteurs. De premières mesures ont été annoncées pour renforcer les PMI en vue de jouer ce nouveau rôle ». Second constat « celui d’un système de protection de l’enfance qui fonctionne sans tenir suffisamment compte de la parole de l’enfant  ». 

Keywords

Download news item

application/pdf iconPDFHelp

OPTIONS

M T W T F S S
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31
 
 
Logo OIJJ
  • International Juvenile Justice Observatory (IJJO). Belgian Public Utility Foundation

    All rights reserved

  • Head Office: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Brussels. Belgium

    Phone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

We use cookies on this site to enhance your user experience

You can change the settings or get more information here.