Les jeunes étrangers isolés rêvent d'un "avenir pour tous"