Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Mardi 22 Octobre 2019

Nos activités

L'Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ) est un service virtuel international permanent de rencontre, travail et réflexion des professionnels, administrations et organisations en relatin avec la Justice Juvénile. Il facilite l'élaboration d'analyses globales, nationales et locales dans différents pays sur les différentes formes de conflit du jeune avec la loi, tant dans les aspects communs comme différentiels de son étiologie.

L'organisation d’évènements comme séminaires, journées, cours et la participation aux programmes internationaux et Européens permettent de diffuser l'information, expériences, travails et matériels d'intérêt produit comme résultat de l'initiative prise par l’Observatoire, ou par des personnes ou entités distinctes de ce dernier.

Évènement et Programmes OIJJ

Décembre 2012 Chypre

Du 10 au 12 octobre 2012, l’ENOC a organisé sa conférence annuelle « Délinquance juvénile – la justice adaptée aux enfants, mécanismes et processus de prévention et d’intervention » à Nicosie, Chypre, portant sur les problèmes actuels de la justice juvénile.
Le réseau européen des médiateurs pour enfants (ENOC) est une association à but non-lucratif qui regroupe les institutions indépendantes travaillant pour les droits de l’enfant. Son objectif est de faciliter la promotion et la protection des droits de l’enfant, tels qu’ils ont été formulés par la Convention relative aux droits de l’enfant de l’ONU. En 2012, l’ENOC inclut 41 institutions provenant de 32 pays du Conseil de l’Europe dont 22 sont des pays de l’UE.

Décembre 2012 Droits de l'homme, Enfant, Justice, Juvénile

La journée des droits de l’homme est l’un des événements les plus importants concernant la promotion des droits de l’homme dans le monde. La date en a été choisie il y a plus de 60 ans pour marquer l’adoption historique de la Déclaration universelle des droits de l’homme le 10 décembre 1948. Ayant été écrite par des représentants de toutes les régions du monde, la Déclaration est considérée à juste titre comme le document le plus universel connu jusqu’à présent.

Elle a été adoptée par presque tous les pays et elle entérine une vaste palette de droits de l’homme fondamentaux, qui ont été acceptés comme étant inhérents à tous les êtres humains. La Déclaration symbolise les engagements que la communauté internationale et les gouvernements individuels ont faits aux citoyens. De plus, elle constitue une base pour les autres actes internationaux et régionaux visant les droits de l’homme, y compris ceux liés à la protection des enfants et à l’administration de la justice. 

L’OIJJ fête la Journée des droits de l’homme et met toujours l’accent sur les droits des jeunes délinquants. A cette occasion, cette année, l’OIJJ a organisé à son siège en Belgique un séminaire sur « Les droits de l’enfant et la justice: comment employer les nouvelles initiatives de l’ONU pour améliorer la justice juvénile ? », grâce au soutien du Programme pour la Justice Pénale de l’Union Européenne. Mme. Anita Goh, co-présidente de la Coalition internationale pour la ratification du Troisième Protocole facultatif à la CDE de l’ONU sur la procédure de communication – offrant aux enfants un mécanisme de plainte au niveau international, s’est retrouvée parmi les intervenants invités par l’OIJJ. L’objectif était de souligner le fait que l’ONU a adopté plusieurs résolutions ayant un impact direct et indirect sur les droits et les vies quotidiennes des enfants en conflit avec la loi. Le séminaire s’est concentré sur la discussion de trois actes juridiques concernant la protection des jeunes délinquants : le Troisième Protocole facultatif à la CDE, la Résolution omnibus 19/37 du CDH sur les droits de l’enfant et la Résolution de l’Assemblée Générale sur les droits de l’homme et l’administration de la justice. 

Pour finir, l’OIJJ voudrait rappeler que les droits de l’homme sont à la fois des droits et des devoirs, entraînant les efforts soutenus de plusieurs parties pour qu’ils puissent avoir un effet réel.

Décembre 2012 Belgique Droits, Enfant, Justice

 

En tant que membre de la Plateforme des droits fondamentaux de la FRA, l’OIJJ a eu l’occasion de participer à la Conférence de l’Agence, organisée sous l’égide du Président du Parlement européen, M. Jerzy Buzek, les 6 et 7 décembre à Bruxelles.

La Conférence a porté sur « La Justice en période d’austérité – défis et opportunités pour l’accès à la justice » et on a analysé les effets de la crise économique sur le système judiciaire et sur le droit à l’accès à la justice, tel qu’il a été consacré dans la Charte des droits fondamentaux de l’UE. On a aussi exploré les manières dont on peut relever le défi d’offrir une justice efficace avec des ressources limitées et on a souligné que le droit à réparation ne devrait pas être victime des réductions financières. Ce sujet correspond au thème de la 5e Conférence internationale de l’OIJJ, « Criminalité ou exclusion sociale ? La justice des enfants dans un monde divisé », qui a eu lieu à Londres en novembre 2012.

La Conférence de l’OIJJ a étudié les effets de la crise économique sur la justice juvénile et, grâce aux experts qui y ont participé, on a apporté une contribution importante à ce sujet. On a fait attention surtout aux droits des segments les plus vulnérables de la société, tels les enfants en conflit avec la loi, en soulignant l’utilité de la bifurcation du système de justice juvénile et offrant ainsi des mesures alternatives et une approche personnalisée. 

L’OIJJ continuera à travailler là-dessus avec son Conseil Européen de Justice Juvénile et aussi en rédigeant un Livre Blanc concernant les implications de la crise économique en rapport avec la justice juvénile. Le but en est surtout de répondre de manière adéquate aux nouveaux phénomènes sociaux et politiques et aussi de s’adapter et faire des modifications sans compromettre les droits fondamentaux des jeunes. 

Dans le contexte des relations de l’OIJJ avec l’Agence des droits fondamentaux, l’un des membres du Conseil Européen de Justice Juvénile, Mme. Maija Gellin, Directrice du Programme national de médiation scolaire et approches réparatrices (VERSO) et membre du Comité du Forum finlandais de la médiation (FFM), Finlande, a participé à l’atelier « Vers une politique efficace de la médiation » à la Conférence de la FRA.

L’OIJJ a été content de participer à ce processus d’exchange d’information et de consolider son rôle de défenseur des droits des jeunes délinquants.

Décembre 2012

En tant que membre de la Plateforme des droits fondamentaux de la FRA, l’OIJJ a eu l’occasion de participer à la Conférence de l’Agence, organisée sous l’égide du Président du Parlement européen, M. Jerzy Buzek, les 6 et 7 décembre à Bruxelles.

Novembre 2012 Royaume-Uni Criminel, Enfant, Justice, Social

Des représentants des Nations Unies et des institutions de l’UE, des autorités nationales, régionales et locales, des universités, des ONG et d’autres experts provenant de plus de 50 pays ont participé à la Cinquième Conférence Internationale de l’OIJJ, qui a eu lieu à Londres les 6 et 7 novembre et qui s’est intitulée « Criminalité ou Exclusion Sociale ? La Justice des Enfants dans un Mondé Divisé ».

Cette édition de la Conférence Internationale de l’OIJJ a eu comme thème principal l’impact de la crise économique mondiale sur la justice juvénile et les jeunes ainsi que des sujets connexes comme la violence des jeunes et l’inégalité dans le contexte urbain ou la prévention et la réorientation de la délinquance juvénile. De plus, la plupart des débats se sont concentrés sur la nécessité de dépasser les approches traditionnelles et individualisées du travail avec les personnes en difficulté et de se concentrer plutôt sur le travail avec les groupes et les communautés où ils vivent.

La conférence a mis l’accent sur plusieurs problèmes concernant l’élaboration des politiques pour les enfants marginalisés et pour les jeunes en difficulté, les stratégies de réorientation et d’inclusion, les interventions économiques, l’évitement des coûts et les services d’un bon rapport qualité-prix ainsi que les interventions au niveau de la communauté impliquant plusieurs organisations. Dans ce contexte, on a développé trois thèmes principaux pendant ces deux journées : « Un monde en crise : conséquences sur l’exclusion sociale et les délits des jeunes », dont on a débattu pendant la première journée et « Inégalité et violence des bandes des jeunes : un défi urbain » et « Les jeunes, la criminalité et la solidarité : les implications pour le changement », débattus pendant la deuxième journée. Dans le discours de bienvenue, le Président de l’Observatoire International de Justice Juvénile, Dr. Francisco Legaz a mentionné que, selon le rapport de l’UNODC, il y a un risque accru de comportement délinquant à cause du stress économique et, dans ce contexte, il a souligné qu’ « Il est nécessaire d’envoyer le message à la société que le manque d’argent ne doit pas se transformer dans un manque d’inspiration et de buts pour toute une génération de jeunes qui montrent leur capacité et leur désir de changer le cours de l’histoire et de relever les défis sur la place publique ou bien dans le cyberespace. »

En plus, pendant l’ouverture de la conférence, Prof. Dr. Jaap E. Doek, Ancien Président du Comité des droits de l’enfant de l’ONU (Pays-Bas) et M. John Drew, Directeur général du Conseil de la Justice Juvénile (YJB) pour l’Angleterre et le Pays de Galles (Royaume-Uni), ont souligné qu’il est important de ne pas permettre aux réductions du financement public d’affecter les services sociaux pour les enfants en conflit avec la loi. Pendant les deux journées de la conférence, plus de 350 participants et 70 intervenants du monde entier ont débattu des problèmes liés à la prévention de l’exclusion des enfants et au développement d’une justice des mineurs adaptée aux enfants. Il y a eu plusieurs représentants des Ministères de la Justice, par exemple, du Chili (SENAME), de la France, de l’Italie, de la Turquie, de la Thaïlande et des Etats-Unis, ainsi que des ONG internationales, comme la Présidente de Campaign for Youth Justice, Ms. Elizabeth P. Ryan, et des envoyés de DCI, de l’IPJJ, etc. Des représentants des organisations internationales (le Comité des droits des enfants, le Secrétaire Général de l’ONU sur la violence à l’encontre des enfants, le Conseil de l’Europe) ont aussi participé à cet événement international. L’intervention de Prof. Dr. John M. Hagedorn, Professeur de Criminologie, droit et justice à l’Université Illinois-Chicago, Etats-Unis, qui est l’un des experts les plus importants en bandes de jeunes, a été particulièrement intéressante.

L’OIJJ a aussi eu le plaisir d’accueillir des personnalités qui ont beaucoup contribué à la protection des droits des enfants dans des parties différentes du monde – parmi eux, Mme. Maud de Boer-Buquicchio, Ancienne Secrétaire générale adjointe du Conseil de l’Europe (France) qui a parlé au sujet de « La Violence en Europe : nos enfant sont-ils des boucs émissaires ou des héros du XXIe siècle ? » ; M. David Mugawe, Directeur du Forum africain pour les politiques de l’enfance, qui nous a présenté un rapport excellent sur la situation des jeunes en Afrique ; M. Han Kyun Kim, le représentant de la Corée du Sud et Professeur Associé à l’Institut Coréen de Criminologie KIC, qui a fait une communication intéressante sur la « Réforme de la Justice Juvénile en Corée - des dispositions de protection pour les jeunes délinquants » et Prof. Sir Albert Aynsley Green, l’ancien défenseur des enfants pour l'Angleterre, du Royaume-Uni, qui a parlé pendant la cérémonie de clôture. Une communication excellente sur le problème de la justice juvénile et de l’évitement des coûts a été faite par Prof. Dr. Shay Bilchik, Directeur du Centre pour la réforme de la justice juvénile, Institut des politiques publiques, Université Georgetown, Etats-Unis.

La Cinquième Conférence Internationale de l’OIJJ a eu un comité scientifique distingué dont les Présidents ont été Prof. John Pitts de l’Université de Bedfordshire, Royaume-Uni, et Prof. Dr. Frieder Dünkel, Directeur du Département de criminologie, Université de Greifswald, Allemagne. A la fin, Prof. Dr. Frieder Dünkel a excellemment dressé les conclusions de la conférence. Il est aussi important de mentionner que pendant la Cinquième Conférence Internationale de l’OIJJ, l’Observatoire a remis la Deuxième Edition du Prix International de l’OIJJ ‘Justice Juvénile sans Frontières’.

Le Prix Honorifique a été remis à M. Georges Loinger, un survivant français de la Seconde Guerre Mondiale. Avec ce prix, l’OIJJ honore le travail des institutions et des personnalités qui ont contribué au progrès et aux réussites dans le domaine de la protection des droits des enfants ainsi que dans le domaine des recherches et de l’intervention directe pour les enfants et les jeunes en conflit avec la loi.

Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.