Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Dimanche 29 mars 2020

Conférence OIJJ

IV Conferencia Internacional OIJJ - Desarrollo de sistemas de justicia juvenil integradores: Enfoques y metodologías en trastornos mentales y abuso de drogas

Thèmes

Livre de la IVème Conférence Internationale OIJJ

La IVème Conférence Internationale de l’Observatoire International de Justice Juvénile sera développée autour de deux axes thématiques :

  1. I. Troubles mentaux et consommation de drogues : Analyse de la situation des mineurs en conflit avec la loi.
  2. II. Systèmes de justice juvénile et de santé : Une nécessaire collaboration interdisciplinaire et intégrée.

La conférence vise à chercher comment traiter les besoins des jeunes souffrant de problèmes de santé mentale dans le système de justice juvénile, en s’appuyant sur une réponse inter-agence coordonnée et intégrée. La conférence va chercher à identifier les moyens nécessaires pour réaliser cette approche afin d’obtenir une coopération réussie.

I. Troubles mentaux et consommation de drogues : Analyse de la situation des mineurs en conflit avec la loi.

  • Etude sur la situation des mineurs infracteurs souffrant des troubles mentaux ou en relation à la consommation de drogues : fondements de l’intervention.

    Objectif : Analyse du profil du mineur infracteur et son contexte psychosocial.

    De nombreuses recherches au niveau international s’accordent à dire qu’une grande partie des mineurs et jeunes infracteurs souffrent d’un trouble mental ou d’une addiction aux drogues.

    Lors de cet atelier nous cherchons à connaître quelle est la situation par une analyse comparée et depuis une perspective globale. De cette façon on pourra déterminer les circonstances sociales, familiales et personnelles des ces mineurs, sur lesquelles il faudrait appuyer les politiques de prévention et d’intervention, en faisant primer dans tous les cas le principe de l’intérêt supérieur du mineur.

    Une connaissance approfondie des circonstances psychosociales des mineurs et jeunes permettra aussi de connaître quelles sont les réponses actuelles, autant pour les systèmes de justice juvénile que pour les services de santé.

  • Réponse des systèmes de justice juvénile face a la commission des infractions par les mineurs et jeunes souffrant de troubles mentaux.

    Objectif: Définir les interventions intégrées pour les mineurs infracteurs ayant des troubles mentaux.

    Considérant la situation particulière des mineurs et jeunes en conflit avec la loi qui souffrent de troubles mentaux, il serait pertinent de connaître quelles sont les réponses fournies par les systèmes de justice juvénile au niveau international.

    L’analyse des politiques actuelles et leur relation avec les services de santé permettra de mieux connaître les réponses intégrées au niveau national et de savoir s’il existe une réponse adéquate à la réalité de ces mineurs.

    Dans ce sens, il convient de poser les questions suivantes : Quelles sont les méthodes adoptées par la justice en collaboration avec les services sanitaires ? Quels recours spécialisés s’adaptent à la situation du mineur ?

  • Délinquance juvénile liée à la consommation de drogues : profil des mineurs infracteurs et analyse des recours employés pour leur intégration sociale.

    Objectif: Définir les interventions intégrées pour les mineurs infracteurs en situation de dépendance.

    Afin de mieux comprendre la relation existante entre la délinquance juvénile et la consommation de drogues, il est nécessaire de prendre en compte le profil de ces mineurs et les circonstances sociales et familiales qui les entourent.

    Lors de cet atelier, on abordera le sujet concernant les délits les plus communément commis par les mineurs ainsi que les réponses effectives données face à ce phénomène par la justice juvénile et depuis une perspective internationale.

    Ainsi, les questions suivantes seront abordées : Quels types de méthodes, de sanction et/ou thérapeutiques sont appliqués par les systèmes de justice juvénile au mineur infracteur qui consomme des drogues ? Quels sont les recours spécifiques dont disposent les systèmes de justice juvénile pour traiter et réinsérer ces mineurs ? Quels sont les types de recours, d’outils ou de techniques employés ?

 

II. Systèmes de justice juvénile et de santé : Une nécessaire collaboration interdisciplinaire et intégrée.

  • Troubles mentaux, consommation de drogues et justice juvénile : aspects éthiques, déontologiques et bonnes pratiques.

    Objectif : Développer et coordonner la communication intersectorielle.

    Dans le cas des mineurs infracteurs souffrant d’un trouble mental ou d’une d’addiction aux drogues, on peut se trouver devant une situation paradoxale : le système de justice juvénile les considère comme responsables alors que le système sanitaire les voit comme victimes de leur propre trouble mental.

    Cette double approche peut soulever plusieurs questions éthiques et déontologiques, telles que : Quelle répercussion peut avoir le devoir de secret professionnel lorsque les deux systèmes entrent en relation? Comment développer la coordination pour assurer la protection de l’intérêt supérieur du mineur ? Comment mettre en place une méthode de médiation restaurative entre le mineur infracteur et la victime ?

  • La relation entre les systèmes de justice juvénile et les services de santé : nécessité de développer les recours spécialisés.

    Objectifs : Développement de moyens communs d’intervention.

    Une réponse individuelle aux mineurs et jeunes infracteurs souffrant d’un trouble mental ou d’une addiction à la drogue nécessite la coordination de toutes les agences et organismes impliqués, aussi bien les services sanitaires/thérapeutiques que ceux de la justice juvénile.

    Ainsi, on peut se demander : Quel niveau de coopération existe-t-il entre les professionnels de la justice juvénile et ceux de la santé pour le traitement de ces mineurs ? De quelle façon promouvoir les recours spécifiques et adaptés à cette fin ? Comment envisager une collaboration adéquate de ces services ? Comment garantir une intervention spécialisée et professionnelle de ces recours ?

  • Développement de politiques et législation : interface des systèmes.

    Objectif : Inciter et établir un lien commun entre les systèmes.

    En s’appuyant sur les normes et règles internationales en matière de justice juvénile, il est fondamental de promouvoir et de développer des politiques et programmes visant à renforcer la coordination de tous les professionnels qui travaillent au quotidien avec des mineurs et jeunes infracteurs.

    En raison des caractéristiques et circonstances spéciales, cette coordination doit porter en particulier sur le renforcement des cas d’intervention sur les mineurs infracteurs ayant des problèmes de santé mentale ou des addictions à la drogue. Il est nécessaire de fournir aux professionnels de la santé et du système de justice juvénile une structure commune leur permettant de connaître et comprendre les caractéristiques particulières (sanitaires, psychiques, de personnalité, sociales, culturelles, socio-économiques, etc.) de ces jeunes et le moyen le plus efficace pour aborder cette situation et favoriser leur intégration sociale.

Logo DaphneWith financial support from the EU's DAPHNE III Programme

The European Comparative Analysis and Transfer of Knowledge on Mental Health Resources for Young Offenders (MHYO)

Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.