Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Dimanche 12 Juillet 2020

Salle de Presse

Iran: Exécution d’un adolescent en dépit du droit international

Friday 12th of August 2016 | Asie, Iran
justice pour mineurs dans le monde

Pourtant partie à la Convention relative aux droits de l’enfant, le 18 juillet dernier l’Iran a exécuté par pendaison un adolescent reconnu du viol d’un autre adolescent. Cette exécution par pendaison montre une nouvelle fois le rejet des normes internationales des Nations Unies par ce pays. Amnesty International, qui est régulièrement à l’origine de recherches ayant pour sujet les jeunes dans le couloir de la mort en Iran, a dénoncé cette exécution sur son site web.


Hassan Afshar, 19 ans, mineur pendant les faits, avait été reconnu coupable de « lavat-e be onf » (pénétration anale forcée entre deux hommes) début 2015. L’exécution a finalement eu lieu, alors que le bureau du responsable du pouvoir judiciaire avait néanmoins promis à la famille de réexaminer l’affaire le 15 septembre 2016. La Cour Suprême avait également annulé sa condamnation à mort, aux vues des carences de l’enquête, pour finalement la confirmer en mars 2016.

Il existe également de sérieux doutes quant à l’équité du procès et le respect d’une procédure régulière, Hassan Afshar n’ayant pas pu consulter d’avocat face à une justice plutôt expéditive. Afshar aurait toujours nié les accusations, affirmant que le rapport sexuel était consenti.

Selon Amnesty International, cette exécution est la première dans le pays depuis le début de l’année pour un crime commis par une personne mineure de 18 ans au moment des faits, alors qu’environ 160 personnes sont actuellement dans le couloir de la mort dans les mêmes circonstances. Selon l’organisation, l’Iran a exécuté 4 personnes dans cette situation l’année dernière. En tout, au cours de l’année 2015, pas moins de 977 personnes ont été mises à mort en Iran.

L’exécution de Hassan Afshar a soulevé de nombreuses critiques. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme, Zeid Ra’a Al Hussein a exhorté « l’Iran à respecter la stricte interdiction de cette pratique en vertu du droit international des droits humains ».

L’Observatoire International de Justice Juvénile partage ces sentiments et dénonce la violation des droits des enfants en conflit avec la loi en Iran. Tout comme l’ONG Amnesty International, l’Observatoire affirme son opposition à la peine de mort « sans exception, dans tous les cas et en toutes circonstances ».


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Armand Campenhout, nº 72 bte 10. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.