Connexion | Inscription

Linkedin
Youtube
Lundi 18 Décembre 2017

Salle de Presse

La reprise de la peine de mort aux Maldives après 60 ans

Thursday 7th of September 2017
justice pour mineurs dans le monde

Suite à un moratoire de fait de plus de 60 ans, les Maldives restaureront la peine de mort. L’annonce a été faite le 22 août par Mohamed Hussain Shareef, un des conseillers principaux du Président Abdulla Yameen. Selon les Nations Unies, parmi les vingt détenus, au moins cinq sont des jeunes contrevenants. D’après Shareef, trois des prisonniers seront exécutés « bientôt ». 


Les Nations Unies et Amnesty International, ainsi que de nombreuses organisations de défense des droits de l’homme, sont fermement opposées au rétablissement de la peine de mort et exhortent au gouvernement des Maldives de revenir sur sa décision.  De plus, ces organisations ont dénoncé le fait qu’il est possible que certains des détenus n’aient pas eu accès à un procès équitable.

Selon le Rapporteur Spécial des Nations Unies, Agnes Callamard, « la reprise des exécutions aux Maldives après plus de 60 ans serait un grand recul pour le pays, ainsi que pour l’ensemble de la région, et elle irait à l’encontre de la tendance globale vers l’abolition. »

L’OIJJ condamne la peine de mort pour les enfants et les adultes, ainsi que tout autre traitement inhumain, tels que l’incarcération à perpétuité et les châtiments corporels.  Nous exhortons au gouvernement des Maldives de ne pas restaurer la peine de mort et nous encourageons les organisations nationales et internationales de travailler ensemble afin d’assurer que tous les pays utilisent des peines alternatives qui respectent le droit international ainsi que le droit fondamental à la vie.


Bookmark and Share
Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org