Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Samedi 26 Septembre 2020

Salle de Presse

Rapport: Des enfants détenus illégalement en Libye sont placés avec des adultes dans des conditions inhumaines

Tuesday 24th of April 2018
justice pour mineurs dans le monde

Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), en coopération avec la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL), a publié un rapport le 10 avril dénonçant la situation des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants détenus illégalement, arbitrairement, et sur de longues durées partout dans le pays, en raison de leurs liens familiaux ou tribaux, ou encore de leurs affiliations politiques présumées.  


En octobre 2017, selon le rapport, on estimait à environ 6 500 le nombre d’individus détenus dans des prisons officielles gardées par la Police Judiciaire du Ministère de la Justice, tandis que plusieurs autres milliers sont détenus dans une multitude d’autres établissements dépendant des Ministères de l’Intérieur ou de la Défense, ou dirigés directement par des groupes armés. 

Le rapport souligne les violations des droits humains et les abus endémiques à ces établissements de détention, et dénonce des cas de torture, de mise à mort illégale, d’absence de traitement médical convenable et des mauvaises conditions de détention.

Dans certains cas, ces conditions sont tellement inhumaines qu’elles équivalent à de la torture ou à d’autres types de maltraitances. Les détenus sont entassés dans des petites cellules qui manquent de lumière et de ventilation, et qui sont dépourvues d’installations sanitaires convenables. Certains sont mis en isolement pour de longues durées dans des cellules si petites qu’ils n’ont pas la place suffisante pour étendre les jambes. Dans certains cas, ces mauvaises conditions alliées à une négligence médicale entraine des morts, même lorsque les individus auraient pu être soignés. Les enfants sont détenus avec des adultes dans des conditions tout aussi misérables, en violation des normes internationales.

Les individus détenus par des groupes armés sur l’ensemble du pays, y compris ceux placés officiellement sous la supervision de l’État, ne sont pas informés de leurs droits et ceux-ci ne sont pas respectés. La plupart d’entre eux n’ont jamais comparu devant des tribunaux. Au lieu de cela, les membres des groupes armés, ou plus rarement les procureurs, mènent les interrogatoires sans représentation légale pour la défense.

Les conclusions de ce rapport ont été rédigées à partir de récits personnels et de diverses autres informations collectées par le HCDH/MANUL par le biais de multiples sources libyennes, visites de prisons et d’autres centres de détention, examens de documents juridiques et médicaux, et analyses de preuves photographiques et audiovisuelles.

Le rapport appelle les autorités à condamner fermement et publiquement la torture, les mauvais traitements et l’exécution des détenus, et à garantir l’imputabilité pour de telles actions.

Source: 'Abuse behind bars' UNHCR report. Photo: UNHCR/Iason Foounten


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Armand Campenhout, nº 72 bte 10. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.