Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Vendredi 19 Juillet 2019

L'OIJJ dans le monde

Le premier rapport du CAPJJ

Le premier rapport du CAPJJ

Publication du premier rapport du Conseil Asie-Pacifique de Justice Juvénile (CAPJJ): «Une voix en faveur de la justice juvénile en Asie-Pacifique : PRÉSENTATION DU CONSEIL ASIE-PACIFIQUE DE JUSTICE JUVÉNILE ET DES PRINCIPALES RÉFORMES EN MATIÈRE DE JUSTICE JUVÉNILE ENGAGÉES DANS LA RÉGION.»

Télécharger le Document

Conclusions

Contexte du premier rapport du CAPJJ

Au cours des dernières décennies, la région Asie-Pacifique a vécu un rapide essor économique et social. Elle présente aujourd’hui une grande diversité tout comme de formidables opportunités, et de nombreux jeunes ainsi que leur famille ont su tirer profit de ces progrès socio - économiques. La population juvénile s’élève à 700 millions dans la zone Asie-Pacifique, ce qui représente 45 % du nombre total de jeunes sur Terre. Néanmoins, un nombre élevé d’enfants et de jeunes, qui sont issus de familles connaissant la pauvreté depuis plusieurs générations et ont reçu une éducation insuffisante, ont encore besoin d’aide de toute urgence et sont toujours en situation d’exclusion sociale, les réseaux de protection au sein du cercle familial et de l’État étant souvent faibles. Parmi eux, on trouve ces enfants qui entrent en conflit avec la loi et ceux qui sont les plus « à risque ». Quelle réponse les États de cette région du globe et la région elle-même apportent-ils à cette catégorie vulnérable de la collectivité ?

C’est à cette question que le CAPJJ tente de répondre dans son premier rapport, intitulé «Une voix en faveur de la justice juvénile en Asie-Pacifique : PRÉSENTATION DU CONSEIL ASIE-PACIFIQUE DE JUSTICE JUVÉNILE ET DES PRINCIPALES RÉFORMES EN MATIÈRE DE JUSTICE JUVÉNILE ENGAGÉES DANS LA RÉGION.».

En effet, la situation des enfants en conflit avec la loi ou de ceux qui sont victimes ou témoins d’un crime est désormais une source de préoccupation grandissante pour la plupart des pays de la zone Asie-Pacifique. Bien que d’importants projets de réformes soient actuellement en cours d´élaboration en vue de répondre aux problèmes de la violence envers les enfants et de la traite des enfants ainsi qu’aux questions relatives aux droits de l’enfant, dans certains pays l’absence de garantie spécifique de protection des droits des enfants en conflit avec la loi et l’inexistence d’un système de justice juvénile persistent encore.

À propos du premier rapport du CAPJJ

Le rapport analyse, du point de vue des droits de l’homme, les réponses qu´apporte la région aux questions de justice juvénile, en mettant l’accent sur les principales pratiques mises en œuvre en matière de prévention de la délinquance juvénile et en accordant une attention toute particulière au développement d’approches autour de la justice réparatrice et aux conditions de détention au sein de cette partie du monde. Le rapport CAPJJ émet une série de recommandations à l’intention des décideurs politiques régionaux et nationaux ainsi qu’`a celle de la société civile et des universitaires spécialisés en la matière.

En outre, le rapport examine la composition et la fonction du CAPJJ ainsi que les résultats clés de la première réunion du Conseil, l’année dernière (2012) en Thaïlande, et les priorités d’action identifiées par les États membre présents à ce rassemblement. Le rapport a également pour objectif de mettre en valeur les éléments positifs des projets de réforme en matière de justice juvénile menés dans la zone Asie-Pacifique, déterminant ainsi les possibilités de réformes futures à l’échelle régionale.

Il existe cependant une marge d’améliorations importante quant à la façon dont les États de la zone respectent les standards internationaux et appliquent les pratiques éprouvées fondées sur des donné es probantes. Quoi qu’il en soit, ce rapport aspire à mettre l´accent sur les « bonnes nouvelles » qui sont ressorties de la première réunion du CAPJJ à Bangkok, ainsi que sur d’autres exemples, notamment ceux venant de pays de la zone Asie-Pacifique avec lesquels le Conseil espère collaborer plus étroitement lors de futurs projets..

À propos du CAPJJ

APCJJAfin d'aider les pays de la région à respecter les standards internationaux et à développer des réformes, l'OIJJ a instauré le Conseil Asie-Pacifique de Justice Juvénile, dont le rôle est de formuler des recommandations pour le développement de la justice juvénile dans cette région du monde et de recueillir des informations quantitatives et qualitatives sur la situation des enfants, des adolescents et des jeunes en conflit avec la loi.

En 2012 , l 'OIJJ a organisé la première réunion du Conseil de justice juvénile Asie-Pacifique avec le concours du service d’observation et de protection des mineurs du ministère de la Justice thaïlandais. Le but de cette rencontre a été à la fois d’élaborer des stratégies fortes dans le but d’assurer le respect des droits des enfants et des adolescents en conflit avec la loi et de promouvoir les politiques en matière de prévention de la criminalité auprès des institutions existant dans la région Asie-Pacifique, telles l’ASEAN, qui sont fondées sur des initiatives et des programmes existants.

Des représentants d’administrations nationales, d’universités et d’organisations de la société civile des pays suivants se sont rendus à cette toute première rencontre du CAPJJ : Australie, Bangladesh, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Japon, Laos, Malaisie, Myanmar, Népal, Nouvelle Zélande, Pakistan, Papouasie Nouvelle Guinée, Philippines, Singapour, Corée du Sud, Thaïlande et Vietnam.

Une année après la réunion, l’OIJJ dévoile son rapport : « Une voix en faveur de la justice juvénile en Asie-Pacifique : présentation du Conseil Asie-Pacifique de Justice Juvénile et des principales réformes en matière de justice juvénile engagées dans la région. » Grâce à ce rapport, l’OIJJ souhaite examiner les résultats clés de la première rencontre du Conseil en 2012 à Bangkok et les priorités d’action identifiées par les États membres qui étaient présents. Cette publication a également pour objectif d’insister sur les éléments positifs des projets de réforme en matière de justice juvénile entrepris dans les pays appartenant à la région Asie-Pacifique, et donc de déterminer ainsi les réformes futures possibles à l’échelle régionale.

À propos de l’auteur

Mme. Alice McGrath. Avocate pour enfants et conseillère internationale. Renforcement des capacités, réformes légales, politiques et plaidoirie, recherche, suivi et évaluation.

Alice McGrath est une avocate et une conseillère internationale de nationalité australienne. Elle a commencé sa carrière professionnelle comme avocate pour enfants et adultes et s'est spécialisée dans le travail avec les jeunes aborigènes vivant dans des zones reculées, au sein du Service d’assistance juridique pour les aborigènes du nord de l’Australie. Durant les dix dernières années, elle a travaillé comme conseillère internationale sur la question des droits de l'homme et des réformes de justice juvénile, tour à tour en Asie centrale, dans le Pacifique, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Plus récemment, elle a travaillé, en collaboration avec le gouvernement australien, à un projet visant à développer des modèles de réintégration après un conflit civil ou militaire, en se focalisant sur une meilleure prise en compte des droits de l'enfant lors de la planification des réformes de justice à long terme.

Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.