Inicio sesión | Registrar

Linkedin
Youtube
Domingo, 24 de Junio de 2018

Sala de Prensa

En Jordanie, des enfants discriminés à cause d'une loi patriarcale

Lunes, 12 de Marzo de 2018 | Asia, Jordania
Slate
Noticia

En Jordanie, la nationalité se transmet exclusivement par le père. Les Jordaniennes épousant des étrangers ne peuvent donc transmettre leur nationalité ni à leur mari ni à leurs enfants. Une situation aux conséquences très lourdes pour les familles concernées.

«Quand mes deux enfants auront 18 ans, je ne serai pas en mesure de leur payer des études. Et même si je pouvais, ils n’auront sûrement pas d’avenir ici. Que devrons-nous faire? Quitter le pays? C’est mon pays, je ne veux pas partir, c’est aussi celui de mes enfants, où ils sont nés et ont grandi...»

Jordanienne apprêtée au regard vif, Aroub Soubh ne dissimule pas sa frustration lorsqu’elle évoque sa situation familiale. Mariée à un Irakien, elle ne peut transmettre la nationalité jordanienne ni à son époux ni à leurs enfants. En cause? La loi jordanienne sur la nationalité, datant de 1954, en vertu de laquelle la nationalité se transmet exclusivement par le père. Par conséquent, les familles de Jordaniennes mariées à des étrangers –le plus souvent des Égyptiens, Irakiens, Libanais, Palestiniens, Syriens– se voient dénier le droit à la nationalité jordanienne.

«Cela a des répercussions concrètes au quotidien. Ni nos maris ni nos enfants ne peuvent par exemple bénéficier d’une couverture sociale, et nous devons souscrire des assurances médicales privées onéreuses, explique Aroub Soubh, qui représente la coalition My nationality is the right of my family. Nos enfants étant considérés comme étrangers dans leur propre pays, nous devons aussi payer le double des frais demandés aux étudiants jordaniens pour l’entrée à l’Université.»

Palabras clave

Descarga de la noticia

application/pdf iconPDFAyuda

OPCIONES

L M M J V S D
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
 
Bookmark and Share
Logo OIJJ
  • Observatorio Internacional de Justicia Juvenil (OIJJ). Fundación Belga de Utilidad Pública

    Todos los derechos reservados

  • Sede Social: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruselas. Bélgica

    Tlf: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org