Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Mercredi 15 Juillet 2020

Centre de Documentation

« Ce n’est pas normal » : Exploitation sexuelle, harcèlement et abus dans des écoles secondaires au Sénégal


Human Rights Watch

Résumé

Dans un village de la région de Sédhiou située dans le sud du Sénégal, Fanta, 23 ans, a parlé à Human Rights Watch d’une « relation » secrète qu'elle avait avec son professeur âgé de 30 ans, et qui a commencé quand elle avait 16 ans. « J’avais honte en classe … mes camarades de classe savaient que je sortais avec lui », a confié Fanta à Human Rights Watch. « Et d'autres enseignants le savaient aussi, mais ils n'ont rien dit ».

Fanta s'est rendu compte qu'elle était enceinte à l'âge de 17 ans. Lorsque son père a essayé de trouver un arrangement avec l'enseignant – une mesure habituelle des familles qui veulent régler leurs problèmes discrètement pour éviter le mépris de leur village – celui-ci a nié être le père de l'enfant que Fanta attendait. Cheikh, le père de Fanta, a déclaré à Human Rights Watch : « Je lui ai dit ‘Tu as détruit l’éducation de ma fille’, mais il a tout nié. ». Même après qu’il soit devenu évident que Fanta était enceinte, l’école n’a jamais enquêté sur la question, et le principal ne l’a pas contactée. Fanta s’est sentie encore plus honteuse des dénégations du professeur : « Je me suis sentie humiliée devant mes camarades de classe. »

Au Sénégal, les filles comme Fanta sont confrontées à des niveaux élevés de violence sexuelle et sexiste, notamment d'exploitation sexuelle, de harcèlement et d'abus, de la part d'enseignants et autres responsables scolaires. Malheureusement, ces filles ont peu d'options pour obtenir justice. Ces cas ne sont pas souvent signalés ou étudiés par les autorités scolaires. Dans certains cas, les familles préfèrent négocier avec les hommes qui rendent les filles enceintes, notamment en concluant un accord avec eux pour qu’ils apportent un soutien financier aux filles pendant la grossesse, plutôt que de demander réparation par les voies officielles. Mais dans de nombreux autres cas, ces filles n'informent pas leur famille car les tabous et la stigmatisation associés à ces grossesses sont très préjudiciables.

Domaine

Afrique - Sénégal

Année Langue

2018 Français

Catégorie Type

Littérature Grise Rapport

Matière

Abus, École, Sexuel, Victimes, Violation

Format ISBN

Fichier Pdf 978-1-6231-36666

Chercher dans Centre de Documentation

OPTIONS

Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Armand Campenhout, nº 72 bte 10. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.