Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Mercredi 22 Mai 2019

Salle de Presse

Human Rights Watch dénonce dans son nouveau rapport les mauvais traitements subis par des enfants détenus en Somalie

Friday 16th of March 2018
justice pour mineurs dans le monde

Le 21 février, Human Rights Watch a publié un rapport dénonçant des violations commises par les autorités somaliennes à l’encontre des droits des enfants ayant des liens présumés avec le groupe armé islamiste Al-Shabaab, y compris leur détention illégale et les poursuites judiciaires intentées contre eux devant les tribunaux militaires, en les jugeant comme des adultes.


En 2016, 386 enfants ont été arrêtés par les forces de sécurité lors de missions ciblant Al-Shabaab. Alors que le gouvernement avait promis de confier les enfants capturés durant les opérations de sécurité au Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) pour être réhabilités, il n’a pas toujours respecté ses engagements, et plusieurs violations de la législation internationale sur les droits de l’Homme ont été commises.

Les enfants ont la plupart du temps été détenus par les services de renseignement (l’Agence nationale du renseignement et de la sécurité (Nisa) à Mogadiscio, ou l’Agence de renseignement du Puntland à Bosasso) qui ont décidé, sans contrôle indépendant, comment ils catégorisaient les enfants, combien de temps ils les gardaient et si et quand ils les confiaient à l'UNICEF.

Les enfants détenus ont rapporté à Human Rights Watch des cas de maltraitance, torture, négation du droit à un avocat, interdiction de communiquer avec la famille, et placement avec des détenus adultes.

Les procédures judiciaires appliquées à ces enfants n’ont pas respecté les normes élémentaires de la justice juvénile. En utilisant un système juridique dépassé, les autorités les ont jugés dans des tribunaux militaires pour crimes contre la sécurité nationale et l’essentiel des accusés ont été jugés en tant qu’adultes. De plus, ces enfants n’ont pas pu préparer de défense digne de ce nom et ont été contraints à faire des aveux, qui ont ensuite été illégalement utilisés comme preuves.

Même si plus de 250 enfants ont été confiés à l’UNICEF par les autorités depuis 2015, la plupart de ceux-ci ont passé un temps considérable en détention avant cela, et leur libération s’est seulement faite en raison de plaidoyers continus.

Laetitia Bader, chercheuse senior auprès de la division Afrique de Human Rights Watch et auteur du rapport a affirmé que « le gouvernement somalien devrait traiter les enfants comme des victimes du conflit, et s’assurer qu’on leur accorde, quels que soient les crimes commis, la protection élémentaire qui leur est due en tant qu’enfants ». Elle a également appelé les partenaires internationaux à renforcer les procédures adaptées aux enfants et les autorités nationales à consolider les actions visant à une meilleure réhabilitation et supervision des enfants détenus.


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.