Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Dimanche 25 Août 2019

Salle de Presse

« FACT FOR MINORS »: Présentation et discussion autour des résultats du projet au Parlement européen à Bruxelles

Wednesday 1st of August 2018
L’OIJJ au quotidien

La réunion finale du projet « FACT FOR MINORS - Fostering Alternative Care for Troubled Minors », co-financé par le Programme « Droits, Egalité et Citoyenneté » de l´Union européenne, s’est tenue le 27 juin dernier au Parlement Européen à Bruxelles. Elle a été organisée par la Confédération Italienne des Communautés Socio-éducatives (CNCA), coordinatrice du projet, en collaboration avec l´Observatoire International de Justice Juvénile et la MPE Caterina Chinnici.


Le projet « FACT FOR MINORS » a pour but d'étudier les solutions de prise en charge alternatives pour les enfants en conflit avec la loi souffrant de troubles de santé mentale dans cinq pays européens. Cette réunion finale avait pour objet de présenter publiquement les résultats du projet.

Cette conférence a réuni des représentants des différents pays partenaires du projet (Allemagne, Espagne, Finlande, Italie et Portugal), des représentants des administrations publiques de ces États membres ainsi que Caterina Chinnici, députée européenne, et Emilio Vergani, évaluateur du projet. L’événement s’est ouvert sur un discours de bienvenue de Raffaele Bracalenti, Président de l’Institut Psychoanalytique de Recherche Sociale en Italie, où il a exposé les différentes questions soulevées par le projet.

Les représentants des organisations partenaires du projet ont ensuite présenté les résultats obtenus dans leurs pays respectifs où ils ont été amenés à mettre en place des projets pilotes pour améliorer ou pour créer une approche multidisciplinaire qui intègre les différents services concernés proposant une prise en charge alternative des enfants en conflit avec la loi et souffrant de problèmes de santé mentale .

Elina Pekkarinen, du Réseau de Recherche Finnois sur la Jeunesse a fait part des résultats engendrés par l’application du projet dans trois centres d’éducation surveillée en Finlande (reform schools), tout en soulignant les difficultés auxquelles ils ont dû faire face. Puis, Catarina Ribeiro, de l’Université Catholique de Porto (Portugal), a fait le bilan de l´impact du projet dans son pays, en mettant l’accent sur le rôle crucial de l’intervention préventive, de l’implication des familles ainsi que des communautés tout au long du processus judiciaire.

Svenja Heinrich, de Christliches Jugenddorf Deutschland (Allemagne), a ensuite présenté les défis liés à la prise en charge adéquate des enfants en difficulté (y compris les jeunes réfugiés et les mineurs non accompagnés dans la ville de Hamburg). Elle a souligné le besoin d’une coopération plus forte entre les professionnels et  celui d´institutionnaliser des équipes multi-disciplinaires. Oriol Canalías Pérez, du Parc Sanitari Sant Joan de Déu (Espagne), a présenté le programme de suivi communautaire interdépartemental et ses résultats encourageants en Catalogne, où le taux de récidivisme a nettement diminué.

Par la suite, Alessandro Padovani, Directeur de l’Istituto Don Calabria (Italie), a expliqué que différentes institutions et structures devraient être impliquées afin de rassembler leurs efforts pour la prise en charge des jeunes en difficulté et souffrant de troubles mentaux, et ce en dépit du faible nombre de cas répertorié en Italie. Il a également mis en exergue la nécessité de la détection préventive des comportements ainsi que du partage des responsabilités entre les différents acteurs et professionnels.

Enfin, Liviana Marelli, de la CNCA (Italie), a insisté sur le fait qu’il fallait continuer à partager les pratiques et les méthodologies, se concentrer sur la réhabilitation et créer de nouveaux projets communs afin de surmonter les obstacles actuels. Tout comme M. Padovani, elle considère que le partage des responsabilités est un élément clef dans l’établissement de programmes et processus pour aider les enfants en conflit avec la loi.

À la suite de ces interventions, M. Vergani a présenté sa propre évaluation du projet, en expliquant que celui-ci permettait aux partenaires de partager leurs pratiques, ainsi que de faire émerger un cadre éthique. Marianne Moore, consultante pour l’OIJJ, a donné un aperçu de la formation en ligne « Fostering alternative care for troubled children » proposée par l´Observatoire International de Justice Juvénile et accessible via la plateforme d´e-learning de l´OIJJ, l´École Internationale de Justice Juvénile, et a brièvement expliqué le contenu de chaque module.

Enfin, Mme Chinnici a conclu la réunion en soulignant les principaux objectifs atteints par le projet « FACT FOR MINORS ». Elle a mis en évidence la complexité des problèmes soulevés et l’importance de l’approche multi-institutionnelle du projet. Elle a souligné le besoin de se concentrer sur la création d’un système transparent et de confiance d’aide aux mineurs,  et d’échanger sur les bonnes pratiques, avec un partage juste de responsabilité entre les différents acteurs. Elle a déclaré que les interventions devaient être plus concrètes et les politiques mieux appliquées.

Mme Chinnici a également affirmé qu’elle poursuivrait ses actions de prévention au sein de l´Intergroupe du Parlement européen sur les Droits de l´enfant dont elle est co-présidente, en promouvant notamment les résultats du projet « FACT FOR MINORS », en particulier le « Manuel pour les professionnels » et les « Lignes directrices pour une mise en place stratégique des processus concernant les enfant souffrant de troubles psychologiques, psychiatriques ou de la personnalité et pris en charge par des structures communautaires alternatives comme conséquence de mesures pénales ». Mme Chinnici a enfin fait part de son souhait qu´une transformation culturelle plus importante ait lieu dans ce domaine au sein des pays membres afin d’assurer une meilleure application des politiques.

Le 26 juin, la veille de la réunion, les partenaires du projet s’étaient déjà rencontrés lors de la dernière réunion du groupe de pilotage pour partager leurs expériences, leurs conclusions et les leçons qu’ils avaient tirées du projet.

 

Funded by Rights, Equality and Citizenship (REC) programme of the European Union

Galerie d'images


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.