Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Lundi 15 Juillet 2019

Salle de Presse

L’initiative « Extremely Together » lance un guide sur la lutte contre le terrorisme fait par les jeunes et pour les jeunes

Thursday 6th of April 2017
L’OIJJ au quotidien

« Extremely Together », une initiative de la fondation Kofi Annan, la Commission européenne, l’organisme One Young World et la fondation Amersi, a tenu une conférence à Bruxelles le 28 mars intitulée « Youth Perspective on Countering Violent Extremism » (« Perspective de la jeunesse sur la lutte contre l’extrémisme violent »). L’objectif premier de cette conférence était de présenter le premier guide sur  la lutte contre le terrorisme pour les jeunes et fait par les jeunes.  Ce guide a été conçu dans le but de promouvoir la mobilisation des jeunes contre l’extrémisme violent. 


Le projet « Extremely Together », géré par la fondation Kofi Annan, est dirigée par dix jeunes militants travaillant à fournir des outils et des  méthodes aux jeunes afin de transposer et de transformer des tendances nuisibles en actions positives.

La conférence se présenta ainsi comme une opportunité pour ces jeunes leaders de présenter leur travail a cet égard. L’auditoire était composé d’organisations de la société civile  et de représentants de l’Union européenne, particulièrement de la Commission européenne.

Huit jeunes militants de « Extremely together » ont présenté leurs propres projets et ont souligné l’importance pour les jeunes de lutter contre l’extrémisme violent à travers le monde, tout en mettant en relief les nombreuses formes qu’il peut prendre. Tel que mentionné par Bjorn Ihler, un militant pour la jeunesse provenant de la Norvège, « comprendre les nombreux visages de l’extrémisme violent est le premier pas vers le développement de solutions ». 

Le septième Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, s’est prononcé sur comment les jeunes qui sont ouverts d’esprit sont les mieux placés pour lutter contre l’extrémisme violent, ainsi que sur  l’importance de mettre au défi les politiciens présentement en place afin d’apporter des changements significatifs aux politiques.  Il déclare que « les jeunes sont les héritiers des problèmes que ma génération leur a légué. Les guerres, l’inégalité et le changement climatique sont tous des moteurs de l’extrémisme violent, cependant il n’y a pratiquement aucun jeune aux tables de négociation. »

La Commission européenne appuie et finance fortement cette initiative.  Neven Mimica, le commissaire européen pour la coopération et le développement international, indique que « nous apprenons des choses à tous les jours à travers les jeunes. Il est réellement question d’engagement personnel et d’initiative avec les sociétés civiles, les ONG et ainsi de suite. Il n’y a aucun recoin du globe et aucune vie qui ne demeurent intouchées  par l’extrémisme violent et le terrorisme. »

« Extremely Together » travaille également étroitement avec l’organisation One Young World, qui est un forum global prééminent pour les jeunes leaders de 18 à 30, et qui rassemble les jeunes les plus brillants en les stimulant à entretenir des connections durables et à développer des solutions pour les enjeux les plus urgents au niveau mondial, en construisant des points entre  la voix des jeunes et le leadership à l’échelle mondiale. La co-fondatrice de One Young World, Kate Robertson, affirma lors de sa discussion de groupe que l’extrémisme porte sur « le rejet de la diversité. Le message doit être simple et clair sur ce qui et bien, ce qui est mal, ce qui peut être considéré comme un contre-récit »

La fondation Kofi Annan a développé cette initiative en réaction au manque de jeunes s’engageant dans ce type de discussions. Les jeunes sont les plus vulnérables lorsque qu’il s’agit de rejoindre des mouvements extrémistes violents, et l’objectif est de les  d’encourager à s’engager dans des solutions préventives pour leurs pairs.

L’Observatoire International de Justice Juvénile compte à l’heure actuelle deux projets misant sur la recherche dans le domaine de la radicalisation des jeunes. Le premier se nomme « PRALT – La prévention de la radicalisation juvénile: Promouvoir l’utilisation des alternatives à la détention a travers la formation judiciaire ». Le projet mise sur trois thèmes différents : la question de la radicalisation juvénile lors de la détention, la réinsertion et la prévention tertiaire, et le processus de dé-radicalisation à travers des alternatives à la détention, incluant des approches basées sur la communauté et la famille.

Le deuxième projet se nomme « Renforcer les systèmes de justice juvénile dans le contexte de la lutte contre le terrorisme : Renforcement des capacités et enseignement mutuel entre les acteurs ». Les objectifs de ce projet sont d’identifier, promouvoir et renforcer, au sein des systèmes de justice juvénile, les politiques  et les programmes spécialisés pour lutter contre le terrorisme et l’extrémisme violent chez les jeunes.

Galerie d'images


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.