Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Samedi 20 Juillet 2019

Salle de Presse

Projet 'PRALT' : Visite d’étude en Belgique sur la prévention de la radicalisation de la jeunesse

Wednesday 14th of June 2017
L’OIJJ au quotidien

La troisième visite d’étude du projet de l’OIJJ ‘PRALT - La prévention de la radicalisation juvénile : Promouvoir l’utilisation des alternatives à la détention’ s’est deroulée en Belgique les 25 et 26 avril 2017.


L’objectif du projet est de « permettre aux juges, aux décideurs politiques et professionnels du droit d’être formés et d’échanger leurs points de vue sur les interventions, la gestion et les pratiques de détermination des peines concernant la prévention de la radicalisation lors de la détention, ainsi que les alternatives à la détention et le développement de programmes efficaces de déradicalisation pour les jeunes dans les Etats membres de l’UE.». 

La première journée a débuté avec une visite de Molenbeek, une commune de Bruxelles, reconnue comme étant une zone –cible pour l’extrémisme juvénile violent. Les collaborateurs ont tenu une discussion ouverte avec Olivier Vanderhaeghen, agent de prévention basé à Molenbeek.

M. Vanderhaeghen a fourni aux collaborateurs le contexte de la radicalisation juvénile à Molenbeek. Il expliqua que « en 2012, 480 belges sont partis de Molenbeek  pour aller en Syrie. 130 sont revenus, et la majorité sont en prison. La Belgique représente 10% des combattants européens en Syrie. » En 2014/2015, un nombre considérable de femmes et d’enfants sont partis pour se joindre au combat. En 2016, il n’y avait plus de départs, dû à une augmentation des mesures de sécurité.

Selon M. Vanderhaeghen, les conséquences sociales de ces départs sont sévères, spécialement auprès des familles des jeunes radicalisés. Il a  abordé le contexte dans lequel les jeunes typiquement ciblés se trouvent, et a mentionné qu’il « n’y a pas de profil, seulement des points en commun.» Il a rajouté que l’outil le plus important pour contrer l’extrémisme violent est de construire des ponts entre la communauté musulmane et le système belge.

Par la suite, les collaborateurs ont assisté à une rencontre à Anderlecht, une autre municipalité à risque à Bruxelles. Ils ont pu y rencontrer des travailleurs  sociaux du programme de prévention de la  radicalisation de la ville d’Anderlecht, qui leur ont présenté leurs méthodes afin de s’adresser efficacement aux jeunes à risque, ainsi qu’un guide de prévention en trois parties.

La première partie était intitulée ‘Activités sociales préventives’, qui sont des façons de demeurer actif et présent au sein de la communauté. Les travailleurs sociaux d’Anderlecht réussissent à le faire en créant des programmes interactifs hebdomadaires, destines aux jeunes et à leur famille. La deuxième s’intitule ‘Support au jeune et à la famille’, qui est un service ouvert à la communauté, auquel les familles et les écoles peuvent s’adresser s’ils ont des questions concernant la radicalisation violente, ou tout autre thème relié. La troisième partie s’intitule ‘Sensibilisation et formation pour professionnels’, un service qui fourni de la formation pour quiconque s’intéresse par comment reconnaitre la radicalisation.

La deuxième journée, les collaborateurs  se sont rencontrés le matin aux bureaux de l’OIJJ à Bruxelles pour discuter et faire le bilan sur l’avancement de leurs projets en cours. Par la suite, ils se sont déplacés à Schaerbeek pour le dernier arrêt de leur visite d’étude en Belgique.

Natacha David, du programme de Prévention de la radicalisation de Schaerbeek, a dirigé la rencontre. Mme David a présenté un projet spécial en développement nommé ‘Écoles modèles’, qui vise à rendre possible un lien plus fort entre les familles et les écoles. À ce jour, ils ont déjà établi 4 ‘écoles modèles’.

 

Co-Funded by the Justice Programme of the European Union

Galerie d'images


Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.