Connexion | Inscription

Linkedin
Youtube
Mardi 17 Juillet 2018

Prix OIJJ

Prix International ‘Justice Juvénile Sans Frontières’
Quatrième édition 2016

Dr. Francisco Legaz Cervantes. Chairman, International Juvenile Justice Observatory (IJJO)Dr. Francisco Legaz Cervantes
Président de l'Observatoire International de Justice Juvénile

Mots d'accueil de la quatrième édition du Prix International 'Justice Juvénile Sans Frontières', 2016.

« J'ai l'honneur et je me réjouis, en tant que Président de l'Observatoire, de présenter cette nouvelle édition du Prix International 'Justice Juvénile Sans Frontières' qui, en cette année 2016, célèbre sa quatrième édition.

Par ce prix, l'Observatoire reconnait et promeut, à l'échelle mondiale, les œuvres des personnes et des institutions qui, par leurs actions, contribuent à l'amélioration des systèmes de justice juvénile et à la protection des droits de l’enfance et de la jeunesse.

Sans aucun doute, les récipiendaires de ce prix sont des représentants significatifs de ces luttes. Je leur suis sincèrement reconnaissant.

Au sein de l’Observatoire, nous souhaitons que la reconnaissance des lauréats ne soit pas seulement une récompense pour leurs parcours, mais également une source d’inspiration pour la communauté internationale, les professionnels et les générations futures. »

Discours de bienvenue complet du Président, présentant les lauréats

Les lauréats de cette quatrième édition sont:

AYUB MOHAMUD ABDI

M. AYUB MOHAMUD ABDI PRIX HONORIFIQUE
Professeur et fondateur du groupe « Teachers Against Violent Extremism » (TAVE) (Kenya)

Le prix d’Honneur de "Justice Juvénile Sans Frontières " lui est octroyé suite à son militantisme dans la prévention du recrutement de jeunes par les groupes extrémistes. Dans cette perspective, il promeut le respect des droits de l'Homme au sein des nouvelles générations. Il est également récompensé en raison de son œuvre à conscientisation des professionnels de l'éducation concernant le besoin de développer des stratégies communes pour contrer l'extrémisme dans les salles de classe, notamment en offrant aux enfants l'éducation nécessaire à devenir le moteur de la société africaine.

AYUB MOHAMUD ABDI« Je souhaiterai accepter et remercier sincèrement l’Observatoire International de Justice Juvénile pour cette reconnaissance et pour m’attribuer le Prix International Honorifique de Justice Juvénile sans Frontières au coté d’autres personnes remarquables. Le travail et la mission de l’Observatoire International de Justice Juvénile, de protection des jeunes en conflit avec la loi qui sont vulnérables et la cible de groupes extrémistes violents en tant que fantassins ou ‘épouses’, concordent avec notre travail au Kenya de prévention pour les jeunes contre l’enrôlement au sein de groupe extrémistes violents. En effet, je serai honoré de travailler avec l’Observatoire International de Justice Juvénile dans la Corne de l’Afrique, ou ailleurs dans le monde, afin de protéger les enfants contre la violence, les abus et l’endoctrinement. »

Ayub Mohamud Abdi

 
Plus d’info

Biographie

AYUB MOHAMUD ABDIM. Ayub Mohamud est un professeur kenyan primé et reconnu mondialement pour ses efforts dans la prévention de l’extrémisme dans les écoles et les communautés. Il est le fondateur de Teachers Against Violent Extremism (TAVE), une plateforme pour les enseignants qui s’attaquent à l’extrémisme dans les écoles.

De plus, il préside le Community Development Initiative (CDI), une initiative communautaire dynamique menée par des jeunes sur la prévention de l’extrémisme, et grâce à son leadership il forme des dirigeants religieux, des femmes, des enseignants, des agences d’application de la loi et des jeunes pour qu’ensemble ils mettent au point des stratégies pour répondre aux défis posés par l’extrémisme violent dans leurs communautés.

Il a reçu deux médailles de l’UNESCO et de la Varkey Foundation pour son travail courageux et novateur sur la prévention de l’extrémisme et violent et de la radicalisation. Son travail a été mis en avant par la BBC, CNN, The New Yorker, le Financial Times et The Huffington Post, parmi d’autres grands médias. Il est membre de The Global Teacher Prize Academy, qui a pour but de sélectionner un professeur d’exception afin de le récompenser avec un prix d’un million de dollar.

 
EMILIO CALATAYUD

M. EMILIO CALATAYUD
Juge des enfants (Espagne)

Le prix lui est offert en raison de sa vaste expérience dans la mise en œuvre de la législation en matière de justice de la jeunesse ; de son approche éducative et sociale de la législation ; ainsi que pour son travail de sensibilisation de la société au sujet de la justice juvénile spécialisée et adaptée aux besoins et à l'environnement de l'enfant.

EMILIO CALATAYUD« Les racines de la justice juvénile se trouvent dans l'éducation. Si l'on ne croit pas en cette reforme et en la possibilité qu'on les personnes de changer, et particulièrement les enfants, alors en quoi allons-nous encore croire? »

Emilio Calatayud

 
Plus d’info

Biographie

Emilio CalatayudEn 1977, Emilio Catatyud fut diplômé en droit et obtint l'accès au Barreau à l’Université de Deusto. Il commença en 1980 une carrière judiciaire et fut nommé juge dans l'arrondissement de Guimar (Ténériffe). Ensuite, il prit le poste de professeur adjoint en droit pénal à l’Université de Laguna entre 1981 et 1984. En cette dernière année, il commença à travailler pour le tribunal de Grenade. Trois ans plus tard, il atteint le poste de magistrat et en 1988, il se spécialisa comme juge des mineurs au sein de ce même tribunal où, encore aujourd'hui, il exerce cette fonction.

De plus, ses décisions sont reconnues comme exemplaires: elles ont un caractère pédagogue et s’adaptent aux situations concrètes des jeunes afin que ces derniers puissent apprendre de leurs erreurs, les corriger et s’intégrer dans la société.

Durant sa carrière, le juge Calatayud a donné de nombreux séminaires et cours au sujet la délinquance juvénile en collaboration avec l’Institut de Criminologie de l’Université de Granada depuis 1992, mais aussi avec l’Ecole de la Pratique du Droit (Escuela de Práctica Jurídica) et l’académie de la Police Locale.

Il est également co-auteur de différentes publications, à titre d'exemple : Reflexiones de un juez de menores [Rélfexion d’un juge des mineurs] (2007), Mis sentencias ejemplares [Mes décisions exemplaires] (2008) ou encore Buenas, soy Emilio Calatayud y hoy voy a hablarles de… [Bonjour, je suis Emilio Catayud et aujourd’hui je vais vous parler de…] (2014).

Pendant sa longue carrière, le juge Calatayud a reçu de multiples prix et récompenses, notamment le Drapeau d’Andalousie (2001), la Médaille d’Or de l’ordre civile à la solidarité sociale, la Médaille Spéciale en Education (2009), la Médaille d’Or d’Andalusie (2015) et le Prix Solidaire de l’ONCE (2016).

 
THE MINISTRY OF JUSTICE AND LAW OF COLOMBIA

LE MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DU DROIT EN COLOMBIE 
Représenté par M. Jorge Eduardo Londoño Ulloa, Ministre de la Justice et du Droit, et M. Carlos Medina Ramírez, Vice-ministre à la Politique pénale et à la Justice restaurative

Le prix lui est offert en raison de ses activités pour le développement d'une justice juvénile conforme aux standards internationaux des droits de l'enfant, fondée sur la prévention de la délinquance chez les jeunes et la protection des enfants vulnérables. De même, le Ministère est primé pour le travail de réintégration dans la société des jeunes en conflit avec la loi.

Jorge Eduardo Londoño Ulloa « La reconnaissance de l'OIJJ revêt une importance particulière pour le Ministère de la Justice et du Droit. En effet, elle renforce la visibilité des activités que nous menons dans les domaines de la prévention de l'infraction chez les adolescents et la promotion de la justice juvénile restaurative. Ces dernières sont élaborées dans le cadre d'une approche juridique favorisant les actions de prévention et cherchant à dépasser les réactions punitives des populismes. »

Jorge Eduardo Londoño Ulloa,
Ministre de la Justice et du Droit

« Ce prix constitue une reconnaissance très importante du travail quotidien de nos collègues à la Direction de la Politique Criminelle en matière de et en fonction de la justice juvénile dans notre pays. C’est un défi important qui a été relevé par le Ministère de la Justice l’année dernière lors de la coordination du Système de Responsabilité Pénale Juvénile. Il est important de souligner que ce prix constitue réellement un encouragement pour affronter les défis qui se présentent devant le Ministère de Justice »

Carlos Medina Ramírez,
Vice-ministre à la Politique pénale et à la Justice restaurative

 
Plus d’info

Déclaration officielle du Ministère de la Justice et du Droit sur le Système de Responsabilité Pénale des Adolescents (SRPA)

Dans le cadre de ses attributions, le Ministère de la Justice et du Droit s'est engagé à protéger les droits des adolescents qui entrent dans le Système de Responsabilité Pénale pour Adolescents (Sistema de Responsabilidad Penal para Adolescentes (SRPA)). Dans cette perspective, le ministère promeut différentes actions qui permettent l'exercice de leurs droits par les enfants, de même que la réalisation effective des missions du SRPA, dans le respect du principe de l'intérêt supérieur de l'enfant, tout en prenant en considération leur nature différentielle, éducative et restaurative.

Le domaine préventif, matière d'un grand intérêt et pertinence du Ministère, a pour mission de favoriser les conditions qui empêcheront les enfants et les adolescents d'être mis face, à tout moment de cette époque de leur vie, au Système de Responsabilité Pénale pour Adolescents (SRPA). Dans le cadre d'une politique pénale respectueuse et garante des droits de l'homme, les actions proposent une approche globale d'inclusion sociale, avec une attention spécifique pour les besoins, les questionnements et les ressources qui se présentent au niveau local, communautaire et familial.

De même, le Ministère compte parmi ses attributions a fin de renforcer le système avec la coordination et l'articulation des différents acteurs visant à améliorer la justice restauratrice; la consolidation du système d'enquête et de justice differentiel, efficient et juste; ainsi que la protection et de la restauration des droits des enfants pour que, suite à l'achèvement de la sanction, les adolescents et les jeunes soient en mesure d'exercer librement leurs droits de citoyens autonomes.

Biographies

Jorge Eduardo Londoño Ulloa
Ministre de la Justice et du Droit

Eduardo Londoño UlloaJorge Eduardo Londoño Ulloa, Ministre de la Justice et du Droit, est né à Puerto Boyacá en 1960 et a été diplômé en droit à l’Université Externado de Colombia en 1986. Il détient une spécialisation en Droit Public Comparé de l’Institut Universitaire d’Etudes Européennes de Turin (Italie, 1988), une spécialisation en Droit Public de l’Université Externado de Colombia (1997) ainsi qu’une spécialisation en Argumentation juridique de l’Université d’Alicante (España, 2008). Il a suivi le programme Alto Gobierno (Haute gouvernance) à l’Université des Andes en 2007.

Le Ministre Jorge Londoño a suivi le programme doctoral en droit, premièrement en acquérant le diplôme de Estudios Avanzados (DEA) (études approfondies) et secondement en obtenant le titre de Docteur en Droit à l’Université X el Sabio de Madrid en juillet 2015.

Londoño Ulloa a 25 ans d’expérience en tant que professeur dans plusieurs universités du niveau national et départemental. Il a également exercé la fonction de Recteur et de Doyen au sein de différentes institutions académiques. Lorsqu’il a été nommé Ministre de la Justice, il s’est acquitté de la charge de doyen à la faculté de Droit de l’Université Santo Tomás. Son successeur, le nouveau titulaire du cours de Justice, dispose d’une grande expérience dans le secteur public. Londoño Ulloa a occupé différents postes dans l’administration de Boyaca, département dont il a été Gouverneur de 2004 à 2007. Il a ensuite été élu Sénateur de la République pour le mandat courant de 2010 à 2014.

Il a tenu plusieurs conférences internationales et parmi ses nombreuses publications, nous citons Municipio y Federalismo. [Municipalité et fédéralisme]. Il a participé avec d’autres auteurs à la rédaction notamment de : Derecho Internacional Humanitario, Conflicto Armado y Tratamiento de las Víctimas, y Globalización del Derecho y su incidencia en la sociedad contemporánea.

Carlos Medina Ramírez
Vice-ministre de la politique criminelle et de la justice restauratrice

Carlos Medina RamírezCarlos Medina Ramírez est avocat et spécialiste en droit financier par l'Université Rosario de Bogotá (Colombie). Au long de sa carrière professionnelle, il a été à la tête de projets traitant de la sécurité citoyenne, de la traite des êtres humains, de la criminalité organisée ainsi que de la lutte contre le trafic d'armes et de drogues, entre autres.

Ses activités professionnelles se sont réalisées autour d'importantes missions nationales et internationales. Il a occupé le poste de consultant au sein de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et celui Directeur auprès du Département de sécurité et de justice de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime en Colombie (UNODC). Enfin, il a été Sous-directeur de la stratégie et des enquêtes à la Direction nationale de lutte contre les stupéfiants. Lors de cette mission, il avait sous sa responsabilité la représentation de son institution devant les organismes multilatéraux et bilatéraux, la coopération stratégique et les recherches spécialisées en matière de drogue.

Il a dirigé le Programme national des Maisons de justice, le Programme national de conciliation en équité ainsi que le Programme du centre de convivialité citoyenne en tant que directeur de l'Accès à la justice au sein du Ministère de l'intérieur et de la justice.

Carlos Medina Ramírez a été boursier du cours de sécurité publique de la police nationale (CESEP) ainsi que du Département d'État des États-Unis. De même, il a représenté la Colombie lors des travaux préparatoires de la VI Commission pour le droit privé de l'Organisation des Etats Américains. Enfin, il a été nommé Secrétaire technique de la Commission intersectorielle des juges de paix et expert représentant de la Colombie au sein du groupe d'experts du mécanisme multilatéral d'évaluation de la Commission Interaméricaine contre l'abus de drogues de l'Organisation des Etats Américains, entre autres.

 
DATUK DR. CHIAM HENG KENG

DATUK DR. CHIAM HENG KENG
Présidente fondatrice du Conseil pour les soins et l'éducation de la petite enfance en Malaisie et membre de la Commission ASEAN pour la protection des droits de la femme et de l'enfant

Le prix lui est offert en raison de son travail de recherche en matière de psychologie de l’enfant, aidant à l'amélioration du système de la justice juvénile en Malaisie; de son investissement en tant que professeur dans la transmission du respect des droits fondamentaux; ainsi que pour son expertise en tant que conseillère au sein de plusieurs comités nationaux qui œuvrent pour les droits de l'enfant.

DATUK DR. CHIAM HENG KENG« Louis Pasteur, un chimiste français et microbiologiste, a dit « quand j’approche un enfant, il m’inspire deux sentiments – celui de la tendresse pour le présent, celui du respect pour ce qu’il peut être un jour », si tout le monde avait le même point de vue que Louis Pasteur, je suis sure qu’il y aurait bien moins d’enfants en conflit avec la loi. Une telle vision encourage la société à chercher le meilleur dans chaque enfant, même les enfants en conflit avec la loi, et les aider à développer et utiliser leur potentiel pour leur propre être et celui de la communauté et de la nation. »

Chiam Heng Keng

 
Plus d’info

Biographie

Datuk Dr. Chiam Heng Keng est psychologue sociale et ses travaux actuels se concentrent sur les droits des enfants et le développement, la prise en charge et l’éducation de la petite enfance. Elle a été professeur de psychologie sociale à l’Université de Malaisie, Commissaire des Droits de l’Homme pour la Malaisie (2000-2010) et représentante de la Malaisie à la Commission de l’ASEAN sur les droits des femmes et des enfants (2010-2016).

Elle est reconnue comme étant la référence en matière d’éducation infantile en Malaisie. Elle est la présidente et fondatrice du Early Childhood Care and Education Council, Malaisie, qui a été mis en place sous le programme de transformation économique de la Malaisie (ETP) en 2010. Elle est aussi membre du Comité directeur du Asia Pacific Regional Network of Early Childhood (ARNEC).

Elle siège à plusieurs conseils consultatifs et de nombreux comité en tant que présidente, consultante/conseillère ou membre. Parmi eux on retrouve le Conseil national consultatif pour les enfants, et le conseil national pour la coordination de la protection des enfants.

Elle est l’auteur de livres, chapitres d’ouvrages et de revues académiques et était chroniqueuse pendant plus de 10 ans pour l’un des journaux les plus importants en Malaisie. Elle fait partie du comité de rédaction du National Journal on Human Rights, Malaisie, et du International Journal of Child Care and Education Policy, Corée du Sud. Ses recherches couvrent de nombreux sujets : le développement chez l’enfant, le développement chez l’adolescent, l’isolation, la délinquance juvénile et la justice, l’éducation des enfants doués, l’éducation de la petite enfance et les droits de l’homme.

Pour ses services à la nation, elle a reçu le Darjah Panglima Jasa Negara qui porte le titre de “Datuk” par le roi de Malaisie (2008). Elle également reçu le Woman Scientist (Education), Hall of Fame, par le National Science Centre, Malaisie (2004) et le Citizenship of Humanity décerné par le comité national sur l’éducation des droits de l’homme, Australie, 2004.

 
SYLVIE ROUSTEAU

MME. SYLVIE ROUSTEAU
Juge de la famille et ex-juge des enfants (France)

Le prix lui est offert en raison de plus 20 ans d'engagement et de contributions à l'amélioration du système de justice juvénile français par son travail de magistrat au Tribunal des mineurs et par son dévouement dans la protection des enfants et des jeunes à risque ; de même, elle se distingue pour son implication professionnelle et personnelle dans la génération de connaissances partagées à partir desquelles elle permet l'amélioration des systèmes et des politiques touchant au domaine de la jeunesse.

« Il ne faut jamais oublier que dans la notion de ‘mineur délinquant’ ou ‘mineur en conflit avec la loi’ il y a 'mineur' »

Sylvie Rousteau

 
Plus d’info

Biographie

Sylvie Rousteau est aujourd'hui Première Vice-Présidente chargée de la famille et de l'état des personnes au Tribunal de Grande Instance de Rennes.

Elle a été nommée magistrat pour la première fois en 1990. Elle a exercé la fonction de juge des enfants pendant 20 ans. Dans ce cadre, elle était chargée tant de la protection des mineurs en danger que de la prise en charge des mineurs en conflit avec la loi.

Son parcours en matière juvénile a commencé des son premier poste en 1990 au Tribunal de Grande Instance de Brest . Elle a poursuivi comme juge des enfants au TGI de Nantes de 1992 à 2003 puis comme Vice Présidente chargée du tribunal pour enfants de Nantes de 2008 à 2014. Elle a par ailleurs été chargée des affaires familiales au tribunal de la Roche sur Yon entre 2003 et 2008. Enfin , elle a été chargée des affaires familiales, état des personnes en qualité de 1 ere vice-Présidente au Tribunal de Grande instance de Rennes.

 
PROFESSOR ANN SKELTON

PROFESSEUR ANN SKELTON
Directrice du Centre pour le droit des enfants à l'Université de Pretoria, Chaire UNESCO pour le droit à l'éducation et membre du Comité des Nations Unies pour les droits de l'enfant

Le prix lui est offert en raison de son important dévouement dans la défense des droits des enfants, qui a permis de renforcer par différents moyens leur rôle et leur droit à être entendus devant les instances judicaires ; de même que pour sa contribution notable dans les progrès de la justice juvénile en Afrique du Sud, qui a entrainé la rédaction d'une nouvelle loi en matière de protection des enfants à risque.

PROFESSOR ANN SKELTON“Le Prix International 'Justice Juvénile Sans Frontières' a beaucoup de signification pour moi. C’est le sort des mineurs délinquants qui m'a mené dans le monde des droits de l'enfant. L'Observatoire International de Justice Juvénile montre du doigt l'évolution de la justice des mineurs dans le monde entier. Les enfants dont ils s'inquiètent sont parmi les plus délaissés du monde, ce qui rend le travail de l’OIJJ encore plus important. J'espère que l’OIJJ va maintenir ses efforts, en gardant espoir pour les mineurs en conflit avec la loi dans le monde. Ceci est un instant important pour la justice des mineurs, particulièrement avec l’« Étude mondiale sur le mineurs privés de liberté » qui va débuter. Je me réjouis de ce processus et des possibilités de réforme qu’il apporte. Je vous remercie de votre reconnaissance pour le rôle modeste que j’ai joué - en particulier dans mon propre pays. J'espère participer aux efforts continus de l’OIJJ et d'autres, et de faire plus pour les enfants dans le système de justice pénale partout dans le monde, dans les années à venir.”

Ann Skelton

 
Plus d’info

Biographie

PROFESSOR ANN SKELTONLa professeur Ann Skelton a travaillé comme avocate pour les droits des enfants en Afrique du Sud pendant 25 ans. Elle a fait du lobbying pour les droits des enfants au sein du système de justice pénale de manière efficace tout au long de sa carrière. Elle a présidé le Comité SA Law Reforme qui a rédigé le Child Justice Act, et mené un projet d’assistance technique pour les Nations Unies afin de préparer sa mise en application. En ce moment, Ann est la directrice du Centre for Child Law à l’Université de Pretoria.

C’est une avocate qui s’est souvent présentée devant la Cour suprême d’Afrique du Sud pour défendre les droits des enfants dans des cas de droit de l’intérêt public – comme Centre for Child Law v Minister of Justice (qui a aboli les peines planchers et l’emprisonnement à perpétuité pour les enfants) et J v National Director of Public Prosecutions (qui a aboli le placement automatique des enfants contrevenants sur le registre des agresseurs sexuels). Elle a soumis de nombreuses publications sur la loi concernant les enfants aux niveaux national et international, et est reconnue comme une experte dans ce domaine par de nombreux organes des Nations Unies.

Elle a participé à la rédaction de la Model Law on Juvenile Justice pour le UNODC à Vienne en 2013. Ann a récemment été élue membre du Comité des Nations Unies sur les droits de l’enfant, son mandat commence en 2017.

 
RUBÉN VASCONCELOS MÉNDEZ

DR. RUBÉN VASCONCELOS MÉNDEZ
Directeur général de l'Aide juridique fédérale de la Commission executive d'aide aux victimes du Secretariat du Gouvernement mexicain

Le prix lui est offert pour son grand engagement dans le processus de réforme et de modernisation du panel législatif qui compose le système de justice juvénile mexicain; la reforme qu'il soutient se calque fidèlement sur les principes de la Convention internationale des droits de l'enfant. De même, le prix lui est attribué pour son investissement personnel à l'amélioration de la condition des enfants et des jeunes.

RUBÉN VASCONCELOS MÉNDEZ« Je suis très honoré d’être récompensé par le Prix International ‘Justice Juvénile Sans Frontières’ remis par l’Observatoire International de Justice Juvénile, fondation pionnière dans la construction de systèmes de justice pour adolescents en accord avec les standards de la Convention relative aux droits de l’enfant. Je salue amplement le travail de l’Observatoire, ses efforts dans le monde entier pour faire respecter les droits des enfants dans le système de justice et son influence importante et fructueuse qu’il a eu dans la conception de modèles qui garantissent le développement intégral des enfants qui sont confrontés à la justice. Ce prix pour moi est un encouragement et une stimulation pour continuer à travailler et impulser des actions dans ce domaine primordial. »

Rubén Vasconcelos Méndez

 
Plus d’info

Biographie

RUBÉN VASCONCELOS MÉNDEZRubén Vasconcelos a réalisé ses études de Droit à l'Université Nacional Autónoma au Mexique, ainsi qu'une thèse de doctorat en Droit réussie avec distinction à l'Université Complutense à Madrid, en Espagne.

Il s'est distingué en tant qu'investigateur national au sein du Système d'Enquêteurs du Mexique. Il a enseigné le droit au sein de nombreuses universités, publié des articles parus dans différentes revues juridiques spécialisées. Il a tenu des exposés et des conférences dans plusieurs parties du monde. Il a été le promoteur principal de la reforme de la justice juvénile en matière pénale au Mexique. Il a enseigné le contenu de la réforme dans tout le pays, formé les juges, les agents du ministère public, les experts et la police spécialisée.

Il est auteur de differentes publications en espagnol dont “Reforma procesal penal y Ministerio Público” (2015); “Avances y retrocesos de la Justicia Penal para Adolescentes” (2014); “Seguimiento de los Procesos de Implementación de la Reforma Penal en México. Informe Estado de México. Sistema Acusatorio Adversarial” (2013); “Principio de Oportunidad y Salidas Alternativas en el Nuevo Proceso Penal Mexicano” (2012); “Constitución y Ministerio Público. Ensayos sobre la reforma penal en Oaxaca” (2011); “Una Corte de Justicia para la Constitución. Justicia constitucional y democracia en México”, (2010). “La justicia para adolescentes en México. Análisis de las leyes estatales”, (2009); “Reporte Oaxaca. Estudios sobre reformas penales comparadas” (2008).

Il a occupé un certain nombre de charges publiques au Mexique au niveau fédéral et etatique dont celle de Directeur général adjoint des Etudes et des projets normatifs du secrétariat technique du Conseil de coordination pour l'implémentation du système pénal de justice juvénile ; Secrétaire Exécutif du Conseil Etatique des droits des Enfants et des Adolescents de l'Etat de Oaxaca; Vice-Procureur de justice au sein du Parquet général de justice etatique de l'Etat de Oaxaca et Président du Conseil de tutelle pour mineurs délinquants. Aujourd'hui, il remplit le rôle de Directeur général du Conseil fédéral d'assistance aux victimes de la Commission exécutive d'assistance aux victimes.

Il a également travaillé en tant que consultant pour différentes associations dans le cadre de la reforme pénale et, notamment pour Unicef Mexique au sujet de la justice pour adolescents.

Rubén a participé à la création du système pénal de justice juvénile au Mexique en 2005. Il a élaboré différents textes de lois durant 2006-2015 et a participé à la rédaction de la loi nationale du système de justice pour adolescents en 2016.

 
Bookmark and Share
Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org