Connexion | Inscription

Twitter
Linkedin
Youtube
Samedi 20 Juillet 2019

L'OIJJ dans le monde

Trosième Rencontre du Conseil Européen pour la justice juvénile (CEJJ)

Introduction | Objetifs | Programme | Livre Blanc OIJJ | Documents d'intérêt

Livre Blanc OIJJ

Comment améliorer les systèmes de justice juvénile en temps de crise economique?

En 1978, le Conseil de l’Europe a publié une première résolution sur la délinquance juvénile et le changement social en Europe, lançant un appel à « la prévention de la délinquance juvénile et l’intégration sociale des jeunes ». Bien que plus de dix recommandations liées à la délinquance juvénile aient été publiées par le Conseil de l’Europe depuis lors, nous pouvons aujourd’hui constater que peu d’efforts ont été réalisés par les gouvernements afin de se mettre en conformité avec ces dernières, au cours des trente dernières années, depuis l’adoption de la première recommandation. En reconnaissant le fait que beaucoup de pays ont une tendance à ignorer les normes de la justice juvénile, la situation devient encore plus préoccupante dans le contexte actuel de la crise économique en Europe, puisque les services les plus basiques pour la protection des droits économiques, sociaux et culturels des enfants, peuvent être mis en danger.

Le Comité des Nations Unies sur les Droits de l’Enfant exprime fréquemment son inquiétude par rapport au fait que les normes internationales de justice juvénile n’ont pas été mises en oeuvres par les pays européens. De plus, il existe des études qui démontrent que la majorité des pays européens n’ont pas une idée claire de la façon dont ils adhèrent actuellement aux normes internationales et européennes, et ne disposent pas non plus d’informations sur les conséquences de leurs pratiques dans le domaine de la justice juvénile. Ceci est dû au fait que la majorité des pays ne recueillent pas, n’évaluent pas, ni ne gèrent des données suffisantes sur les mesures qu’ils mettent en oeuvre. En général, il existe une tendance à favoriser les mesures punitives et de détention, mais le présent livre blanc insiste sur le fait que s’ils donnaient la priorité à quatre facteurs clés dans la conception de politiques de justice juvénile, les gouvernements européens pourraient économiser de l’argent, assurer une meilleure sécurité urbaine, et encourager le développement positif de leurs jeunes populations.

About the author

Marianne MooreMarianne Moore, Director of Justice Studio Ltd, is an international expert in youth justice. She has worked on a number of projects to improve practices towards children and young people in detention in the UK, wider Europe, Asia and Africa. She has worked extensively for UNICEF worldwide: d evising a diversion policy for UNICEF Afghanistan; conducting a study into best practice in the conditional release for UNICEF Turkey; training staff in inspecting child detention centres for UNICEF Ta nzania and she is currently undertaking a multi-country review of UNICEF programmes for children in detention in eleven Eastern European and Central Asian States. In addition to the White Paper, Marianne has worked on a pan-European study on young offenders and mental health for the International Juvenile Justice Observatory.

Marianne is based in the UK where she is currently l eading an outcomes and value for money study of 16 Secure Children’s Homes and evaluating a dance project for young people run by the Wessex Dance Academy. Prior to setting up Justice Studio, Marianne worked for a number of public sector consultancy companies. During this time she led three large scale and long-term evaluations of juvenile detention in the UK for the Youth Justice Board for England and Wales. Her first degree was from Oxford University and she has an MA in Youth Justice, Community Safety & Applied Criminology from the University of Middlesex (distinction).

 

European Union Flag

With financial support from the
Criminal Justice Programme of the European Union

Logo OIJJ
  • Observatoire International de Justice Juvénile (OIJJ). Fondation Belge d'utilité Publique

    Tous droits réservés

  • Siège: Rue Mercelis, nº 50. 1050. Bruxelles. Belgique.

    Téléphone: 00 32 262 988 90. Fax: 00 32 262 988 99. oijj@oijj.org

Sur ce site internet, nous employons des cookies dans le but d'améliorer l'expérience des utilisateurs

Je désire recevoir de plus amples informations.